octobre 23, 2019
FRANCE

Taxe d’habitation : qui va payer ?

taxe d'habitations 2019

Annoncée des le départ du mandat du président E. Macron , la taxe d’habitation et sa suppression ont connu de nombreux rebondissements, pour être finalement entièrement supprimée qu’en 2023.

taxe d'habitation

Au début de l’année, le gouvernement avait confirmé que cet allègement de fiscalité allait toucher tous les ménages, et pas seulement les plus modestes. Ainsi, 80 % des Français ne paieront plus de taxe d’habitation en 2020. Pour les 20 % les plus aisés, il faudra attendre 2023.

Sensible à « l’exaspération fiscale » des Français, Gérald Darmanin a promis que cette suppression de la taxe d’habitation ne conduirait pas à un tour de passe-passe fiscal. « Aucun gouvernement de la Ve République n’a supprimé un impôt de 22 milliards d’euros sans en créer un nouveau », c’est le defi qu’il semble vouloir relever .

Pourtant malgré cette annonce très attendue , les français sont très inquiets de l’équilibre des finances publiques. Exaspéré par la pression fiscale qu’ils subissent, ils ne souhaitent pas que la qualité des services publics déjà fragile comme le secteur hospitalier ou l’éducation nationale  subisse les conséquences de cette réduction d’impôt.

rivant de fait les collectivités locales d’une source importante de financement, le gouvernement ne créera peut être pas de nouvel impôt mais va devoir leur verser 22 milliards d’euros par an. Le gouvernement n’a pas beaucoup de marge de manœuvre, en réalité 2 options sont possibles, diminuer les dépenses publiques ce qui semble être l’orientation prise par le gouvernement si l’on écoute les déclarations du premier ministre  le 12 juin « faire des choix pour contenir nos dépenses publiques ». Une baisse des budgets est plus que prévisible, comme c’est le cas avec celui de l’assurance chômage dernièrement.

taxe d'habitations 2019

Des choix budgétaires complexes, voir parfois paradoxales puisque le gouvernement a aussi prévu de “ remettre des fonctionnaires au travail” , qui auront des conséquences sur les services publics et leur fonctionnement que certains craignent d’ores et déjà.

En l’absence de création de nouvel impôt ou de réduction des dépenses publiques,

, la suppression de la taxe d’habitation viendra mécaniquement gonfler le déficit et forcera l’État à emprunter encore un peu plus pour se financer.

 

Même si cette solution semble peu probable au vu des déclarations des membres du gouvernement, le déficit prévu aujourd’hui n’est plus le même que celui prévu au départ du quinquennat.


source video youtube compte rmc https://www.youtube.com/watch?v=LEPIjJWDXoI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *