décembre 3, 2020

Tout savoir sur le port du masque obligatoire en entreprise

Une photographe qui porte un maque

Le protocole sanitaire mis en place par le gouvernement face au coronavirus oblige indifféremment les salariés autant que les employeurs à porter du masque dans toutes les entreprises françaises. Selon la déclaration du ministre du Travail Elisabeth Borne, le 28 août 2020, cette mesure sera de rigueur à compter du 1er Septembre 2020, dans tous les espaces de travail qui sont clos et partagés. Le respect de cette contrainte est impérative et à défaut, on est exposé à de lourdes sanctions.

Port de masque en entreprise : ce qu’il y a à savoir

L’approvisionnement en masque à la charge de l’employeur

Le port du masque dans les entreprises concerne les espaces de travail clos (salles de réunion, les bureaux partagés, les couloirs, les vestiaires, etc.) et tous les espaces communs. Les bureaux individuels sont une exception à la règle.
Quant à l’achat du masque de protection contre le covid-19 au travail, il revient à l’employeur de le prendre en charge. En revanche, celui-ci n’est contraint de choisir un type de masque précis, si son activité ne l’impose pas. Qu’il fournisse par exemple des masque OCOV ou des masque Michelin, il en a tous les droits.

Liste des grandes enseignes qui proposent des masques de protection contre le Coronavirus :

N’hésitez pas à consulter notre guide Comment bien choisir son masque anti-virus ?

Les sanctions potentielles encourues

Le refus du port de masque expose le sujet à de lourdes pénalités, voire un licenciement. Comme l’a déclaré Alain Griset, ministre délégué aux Petites et Moyennes Entreprises, le mercredi 19 août 2020 sur BFMTV :

Si jamais le salarié refuse de mettre le masque, l’employeur lui fera les remarques, il pourra lui donner un avertissement et cela pourra être considéré comme une faute.