février 26, 2021

LMNP : qu’est-ce la location en meublé non professionnel?

LMNP loueur en meublé non professionnel

Dès lors que vous mettez un ou plusieurs logements meublés en location, vous relevez du statut de loueur en meublé non professionnel (LMNP). On parle de location meublée lorsque l’on a un habitat comportant tous les éléments mobiliers indispensables à la vie normale du locataire. Vous percevez des revenus locatifs réguliers, qui seront soumis à l’impôt sur le revenu selon les Bénéficies industriels et commerciaux (BIC). Dans cette situation, il est possible de bénéficier d’avantages fiscaux non-négligeables pour un investisseur.

Investir en LMNP, comment ça marche ?

Nombreux sont les avantages de l’investissement immobilier locatif. Lorsqu’on se tourne vers l’immobilier, l’objectif est d’allier le mieux possible revenus locatifs et avantage fiscal. En France, il existe plein de niches fiscales diverses et variées, telles que l’épargne en assurance-vie et le statut de loueur en meublé non professionnel.

Investir en LMNP, c’est devenir propriétaire d’un bien immobilier meublé (tel que des appartements, des maisons, des résidences de tourisme, des résidences hôtelières, des chambres d’hôtes, etc.), de pouvoir le mettre en location pour percevoir des revenus locatifs, et d’ignorer la TVA lorsque celui-ci est neuf. Le logement meublé peut être loué au locataire au titre de résidence principale, à titre temporaire ou à titre saisonnier (résidence de tourisme, chambres d’hôtes, etc.).

Il est également possible de louer une partie de sa résidence principale. Par exemple, si vous louez une chambre à un étudiant, vous pourrez défiscaliser une partie des revenus locatifs issus de cette chambre. Dans ces cas-là, pour bénéficier d’une exonération d’impôts, il faut que les pièces données en location ou en sous-location appartiennent physiquement à votre résidence principale. Ces pièces doivent représenter pour le locataire, sa résidence principale, ou sa résidence temporaire s’il est saisonnier. Aussi, le prix de location doit demeurer fixé dans des limites raisonnables. Ces limites sont déterminées par des plafonds selon les régions. Par exemple en 2019, ces plafonds annuels s’élevaient à 187 € pour les locations ou sous-locations en Île-de-France, et 138 € dans les autres régions.

Les règles autour du LMNP

Dans un premier temps, il faut être enregistré auprès du Greffe du Tribunal de Commerce et avoir obtenu une immatriculation (numéro de SIRET). Ensuite, il faut un bien immobilier meublé et habitable dès l’arrivée du locataire. Plus précisément, l’appellation « logement meublé » est donnée à un habitat d’une surface minimum de 9 mètres carrés, équipé des meubles suivants :

  • Un four ou un micro-onde,
  • Des plaques de cuisson,
  • Un réfrigérateur + un congélateur,
  • Une table accompagnée de plusieurs chaises,
  • Toute la vaisselle et les ustensiles nécessaires à la cuisine,
  • Des volets ou des rideaux dans chaque chambre,
  • Une literie,
  • Des luminaires,
  • Du matériel d’entretien ménager.

Le statut LMNP est plafonné. Les revenus locatifs ne peuvent pas dépasser 23 000 € par an. Au-delà de ce chiffre, le caractère non-professionnel est perdu. Ils ne peuvent pas non plus excéder les revenus globaux du foyer fiscal soumis à l’impôt sur le revenu, dans les catégories de traitements et salaires, bénéfices industriels et commerciaux, bénéfices agricoles et bénéfices non-commerciaux. L’activité ne peut également pas représenter plus de la moitié de vos revenus globaux. Si toutes ces conditions sont convenablement respectées, vous n’aurez plus qu’à vous pencher sur votre régime d’imposition pour optimiser votre fiscalité.

La news que vous venez de lire parle de LMNP