Pénurie d’huile de tournesol : l’Etat autorise les industriels à changer d’huile dans leurs produits

penurie huile tournesol
Autorisation accordée pour changer l'huile de tournesol dans les produits alimentaires

Depuis la guerre en Ukraine, la France connait une difficulté d’approvisionnement en matière d’huile de tournesol. L’État a donc, décidé d’autoriser tous les industriels utilisant ce type d’huile dans leur produit à la remplacer par une autre, notamment l’huile de colza sans changer leur emballage, et ce, depuis ce mardi 26 avril 2022.

Un délai de six mois pour modifier l’emballage

Les fabricants ont un délai de deux mois pour signaler sur l’emballage de chaque produit qu’un changement d’ingrédient a eu lieu sans qu’ils ne soient obligés de mentionner lequel ainsi qu’un délai de six mois pour modifier totalement l’emballage en question. Sachez que si ce dernier présente des allégations comme « sans huile de palme » ou « 100% bio » qui ne sont plus vraies, il est impératif pour l’industriel de faire un changement de recette dans l’immédiat.

Les changements de recettes enregistrés sur un site de la Répression des Fraudes

Tous les changements de recettes autorisés par l’État doivent s’afficher sur le site de la DGCCRF, sachant que des milliers de références pourraient faire l’objet de ces demandes d’autorisations comme :

  • des sauces,
  • des pâtes à tartes,
  • des panés,
  • des frites,
  • des chips,
  • de la margarine,
  • des conserves à l’huile et autres, d’après Bercy.

Ce dernier a été interpelé par les fabricants, il y a quelques semaines, pour aviser l’Etat de cette difficulté d’approvisionnement en matière d’huile de tournesol et ainsi faire la demande de dérogation pour le changement des recettes.

Faciliter l’accès à l’information

Suite à “l’effort de la transparence des autorités“, selon l’ONG Foodwatch, elle a réagi positivement après avoir insisté sur cette nécessité de transparence, mais a de nouveau alerté les parties concernées par rapport à “l’accès à l’information pour les consommateurs” des produits.

Elle propose ainsi, la mise en place de QR Code dans les magasins qui vont directement les rediriger vers le site internet de la DGCCRF en sachant que ce dernier est un service du ministère de l’Économie ou au moins d’autocollants sur les emballages.

Avec une pétition, l’ONG a réclamé que les industriels tout comme les distributeurs puissent permettre aux consommateurs d’accéder avec aisance à cette information, que ce soit sur les produits concernés ou dans les rayons.

La sécurité du consommateur avant tout selon l’AFPRAL

L’AFPRAL ou l’Association Française pour la Prévention des Allergies préserve le fait qu’il soit “essentiel que la sécurité du consommateur soit préservée“.

Auteur : Laura

Ancienne étudiante en journalisme, Laura est partie vivre ses premières expériences dans le monde des relations presse et du digital. Aujourd'hui, elle est un membre actif de Magazine-economie en proposant