décembre 5, 2019

Le MERCOSUR , accord favorable aux allemands mais pas aux français ?

mercosur union europeenne

Alors que  le président de la Commission européenne se réjouissait de ce « moment historique », les français semblent moins emballé par cet accord, voir carrément réfractaire , pour le syndicat FNSEA , cet accord est « Un mensonge, une tromperie pour les consommateurs ».

Mais qu’est ce que le Mercosur ?

Les négociations ont commence il y a 20 ans pour cet accord commercial de libre échange entre l’Europe et le Mercosur . Créé en 1991 ce marché commun a quatre membres fondateurs qui n’ont pas de monnaie commune mais un accord de libre échange des biens, des personnes, et des services : l’Argentine, le Brésil, le Paraguay et l’Uruguay et des pays « associés » : le Chili, la Colombie, l’Equateur et le Pérou.

Vendredi 28 juin, l’Union européenne et le Mercosur a annoncé avoir conclu un projet d’accord commercial, accord déjà critiqué par les agriculteurs français notamment.

mercosur union europeenne

Que prévoit l’accord avec le Mercosur ?

Comme les accords précédents signés avec les USA et le Canada, le Tafta et le Ceta , il prévoit de favoriser les échanges commerciaux entre les pays du mercosur et l’Europe , en supprimant de part et d’autre les droits de douanes sur des produits spécifiques de l’industrie automobile, de l’industrie chimique et pharmaceutique , ainsi que les droits de douanes sur des produits agricoles comme le sucre ou la viande bovine. Autre avancée jugée décisive pour l’UE : les pays du Mercosur vont ouvrir pour la première fois leurs marchés publics aux entreprises européennes.

Pourquoi les agriculteurs européens sont-ils mécontents ?

Grands perdants de cet accord, il semble que les agriculteurs européens devront non seulement se plier aux normes administratives, environnementales , pour pouvoir produire et vendre volaille, viande bovine sur le sol européen en devant faire face à une concurrence qui ne subira pas les mêmes réglementations.

Principal syndicat agricole dans l’UE, la Copa Cogeca fustige « une politique commerciale à deux poids et deux mesures », qui élargit « le fossé entre ce qui est demandé aux agriculteurs européens et ce qui est toléré des producteurs du Mercosur ».

Christiane Lambert, patronne de la FNSEA, le premier syndicat français, s’inquiète de ce «  coup dur pour l’agriculture » et « un mensonge, une tromperie » pour les consommateurs, affirmant que « 74% des produits phytosanitaires utilisés au Brésil sont interdits en Europe ».

Nicolas Hulot, ancien ministre de la transition écologique et solidaire , s’est exprimé sur le sujet , il juge l’accord incohérent avec les objectifs affichés de protection de l’environnement, allant plus loin dans ses propos, il estime que les accords de libre échanges sont sources de toutes les problématiques écologiques.

Voir en video sur: http://f24.my/59tl