Frenchweb était présent ce matin pour couvrir l’introduction de Viadeo sur le compartiment B d’Euronext. Avec un prix par action à 17,10 euros – dans le bas de la fourchette, celle-ci allant jusqu’à 20,90 euros – le réseau social professionnel français a levé 22 millions d’euros, un peu moins que les 35 millions espérés.

L’opération valorise cependant l’entreprise à plus de 170 millions d’euros, faisant de Viadeo l’une des plus importantes IPO de l’Internet français depuis SeLoger.com en 2006.

La semaine dernière, la société avait déjà levé 5 millions d’euros auprès de A Capital. Basée à Bruxelles, Beijing et Hong Kong, la société de capital-risque investit dans des sociétés de capitalisations moyennes, pour les aider à accélérer sur le marché chinois. L’Empire du Milieu constitue en effet un marché stratégique pour Viadeo qui y est leader – notamment face à LinkedIn qui a lancé une version chinoise seulement en février dernier – grâce à l’acquisition de Tianji, une plate-forme locale qui compte 20 millions de membres. Ses priorités dans les deux prochaines années : la Chine donc, mais aussi la Russie et l’Afrique francophone.

Après avoir sonné la fameuse cloche de la place de Paris à 9h – juste après s’être placé sur la scène à 8h58 exactement – Dan Serfaty, le fondateur, a expliqué à Frenchweb que l’opération avait mobilisé beaucoup de personnes et requis un énorme travail de préparation depuis le mois de février [en savoir plus avec notre interview vidéo, ndlr]. Le document de base avait été enregistré auprès de l’Autorité des marchés financiers (AMF) le 27 mai, celle-ci ayant accordé son visa sur le prospectus le 17 juin. Interrogé sur le « stress » que pouvait provoquer l’IPO sur le fondateur, 10 ans après la création de Viadeo (initialement baptisé « Viaduc »), Dan Serfaty a assuré avoir très bien dormi la veille…

[], [], [], [], [], []

Facebook Comments

Comments are closed.