Annoncé l’été passé, la compression du personnel entre 4000 et 5000 dans e département télécoms par SFR va se faire plus rapidement dès le mois prochain avec le lancement d’un plan de départs volontaires, souligne l’AFP.

4000 à 5000 postes dans le département télécoms de SFR seront supprimés à partir du mois de juillet. Il s’agit d’un plan annoncé l’année passée par SFR qui sera mis lancé sur la base d’un plan de départs volontaires, a indiqué l’AFP.

Le projet d’accord qui encadre les plans d’accompagnements de ces départs volontaires portant sur 3300 postes a été entériné entre la fin mai et le 6 juin par les syndicats Unsa, CFDT et CFE-CGC, d’après des syndicats et la direction. La CGT n’a pas signé cet accord. La mesure discuté en mars attend la validation de l’administration du travail des territoires touchés et dès le mois de juillet, les travailleurs de SFR pourront faire partie de ce plan jusqu’au 30 novembre.

600 travailleurs de SFR Service Client font partie des 3300 postes concernés par la suppression. C’est une entreprise qui sera rachetée à partir de la fin de l’année par le groupe marocain Intelcia, acquise fin 2016 par Altice, la maison-mère de SFR.

On se rappelle que ce plan de départs volontaires vient après celui de SFR Distribution où plusieurs postes avaient été supprimés. Au départ, SFR avait évoqué un plan qui s’étalait jusqu’en 2019, mais finalement celui-ci a été raccourci.

« Passer sous la barre des 10.000 »

A travers ces vastes plans de suppression, l’opérateur télécoms veut passer en dessous des 10 000 postes avant la fin de l’année, d’après le syndicat national des télécoms CFE-CGC. Cette suppression d’effectifs augure une année 2018 très difficile » d’après l’Unsa. « Nous sommes assez inquiétés pour le travail important que subiront ceux qui vont rester » a indiqué un membre de l’Unsa.

[], [], [], [], [], [], [], [], [], []

Facebook Comments

Comments are closed.