Dans un rapport présenté ce jeudi, la commission des Finances du Sénat défend 80 milliards d’euros d’économies pendant ce mandat tout en conseillant d’injecter un tiers des moyens utilisées à la relance des investissements publics et à la réduction des impôts.

« Pour la période allant de 2017 à 2022 il faudrait économiser 80 milliards à part les dépenses d’investissements » a lancé Albéric de Montgolfier, rapporteur général LR de la Commission des Finances, au cours de la présentation d’un rapport dont le titre est « La dette publique: un poids du passé, un défi pour l’avenir ».

Pour y arriver, le sénateur propose des réformes importantes qui donneraient la possibilité de baisser de façon significative la dépense publique » surtout en baissant le nombre de fonctionnaires ou en « modifiant son périmètre » pour ne pas être confronté à un double emploi dans les régions.

« Cette baisse de la dépense publique doit profiter à la diminution de notre déficit, mais qu’une partie soit affectée à l’investissement à la réduction des prélèvements obligatoires » a cependant estimé M de Montgolfier.

Il propose qu’une partie des 80 milliards d’économies soient dédiés à l’investissement à la réduction des impôts.

Il estime que l’investissement a été le secteur qui a le plus souffert des politiques de maîtrise de la dépense publique à la cour de ces récentes années. «  Nous sommes obligés de revenir aux bases, plus précisément au réinvestissement et à l’abaissement des prélèvements obligatoires » a-t-il souligné.

Facebook Comments

Comments are closed.