Matignon à dit NON. Les sociétés qui sont financées par cette redevance, qui est inclue dans la taxe d’habitation des français, demandaient à ce qu’elle soit élargie; la réponse est définitive, les impôts ne seront pas augmentés. Avec l’apparition des nouveaux modes de réception de la télévision, à savoir les ordinateurs, les tablettes et les Smartphones, on aurait pu penser que cette redevance allait augmenter. Ce refus est un soulagement pour les français.

Les raisons qui ont poussées à cette réclamation

Il y a deux points qui expliquent cette réclamation. Le premier est que la redevance audiovisuelle est une taxe qui évolue peu avec un prix qui n’augmente pas. Cette année la redevance aura un coût de 133 euros et passera à 134 euros en 2015. Avec une si faible croissance, les groupes publics bénéficiaires de cette taxe, demandent son augmentation. Il faut savoir que cette taxe a rapportée 3,5 milliards d’euros en 2014, que se partageront France Télévision, Radio Franc, France Médias Monde, Arte et INA.

Le deuxième point est capital pour France Télévision. Ce sont les bénéficiaires de deux tiers de cette taxe, et elle permet aussi de compenser une perte budgétaire, engendrée par la loi interdisant la pub sur ces chaines publique après 20 heures. Cette dotation supplémentaire devrait d’ailleurs être amener à ne plus être versée d’ici l’année 2017, ce qui implique pour le groupe une redevance plus importante pour compenser ce manque à gagner.

Les habitudes des consommateurs de télévision ont changées

Depuis l’explosion des nouveaux supports technologiques, comme les tablettes et les Smartphones, les français ont changés leurs habitudes concernant la télévision. De plus en plus de personne préfèrent regarder la télévision sur d’autres supports que sur la télévision. Cependant, 97% des foyers possèdent une télévision, ce qui est une part très importante de la société. Ce que craignent ces groupes, c’est que sur le long terme, de moins en moins de personnes n’achètent une télévision, et donc que la rentabilité de la redevance soit moindre.
Les chaînes ont donc des arguments en leur faveur et vont les pousser et les réfléchir plus intensément pour les faire valoir. Ils veulent aussi, tous, rappeler l’exemple de nos voisins européens, comme les Allemands ou les Anglais, où cette réforme est déjà mis en place.

Facebook Comments

Comments are closed.