Après deux siècles d’existence, le groupe suisse Pictet publie ses résultats semestriels. Dans l’histoire de la banque c’est une grande première dans la mesure où en 209 ans d’activité elle bénéficiait des dispositions favorables de la règlementation helvétique. Pour permettre au public et surtout de comprendre les raisons de ce changement, l’un des principaux associés de l’établissement bancaire n’a pas manqué de faire certaines précisions.

Respecter les normes réglementaires en vigueur

Dans un entretien accordé au quotidien Les Échos, Jacques de Saussure en sa qualité d’associé important du groupe suisse s’est voulu assez clair sur cette décision récente. Pour lui, il s’est agi pour son établissement de se conformer aux règlements en vigueur. En effet, il ne manquera pas de dire à ce propos que la publication des résultats est une obligation légale. Il explique le fait que ce soit la première fois que son institution se plie à cette exigence de la loi en évoquant le privilège dont celle-ci bénéficie. Pictet a donc simplement décidé d’informer ses clients sur sa santé financière en publiant ses résultats semestriels. Les clients qui ne peuvent demander mieux.

Ce que révèlent les chiffres publiés par Pictet

Les chiffres que la banque suisse Pictet a récemment publiés ne révèlent pas de signes d’inquiétude. En effet, le groupe possède 404 milliards de francs suisses d’actifs soit 334 milliards d’euros au 30 juin 2014. Ce montant se réparti de manière égale entre les trois métiers de l’établissement que sont les services aux gestionnaires, la gestion de fortune ainsi que la gestion de fortune. Le bénéfice consolidé du groupe se chiffre à 203 millions francs suisses alors que les produits d’exploitation sont estimés à 975 millions de francs. Ce qui fait de Pictet le troisième établissement bancaire privé de la Suisse avec une rentabilité des fonds propres de 17,6%.

Facebook Comments

Comments are closed.