illustration-archives-afp

La zone de turbulence dans laquelle la compagnie aérienne Lufthansa s’est trouvée ces deux derniers mois semble enfin être une histoire ancienne. Depuis le mois de septembre la compagnie Allemande a été malmenée par la grève des pilotes. Cependant, pour ce dernier trimestre, elle affiche sa volonté de rependre sa renommée en tant que Leader Européen dans le secteur.

Grèves dues à la détérioration des conditions de travail

A titre de rappel, en mois de septembre, les pilotes du groupe aérien ont annoncé une grève de quinze heures pour les vols long-courriers sur l’aéroport de Francfort. A la suite d’une discussion infructueuse entre les hauts dirigeants de la compagnie et le syndicat des pilotes Vereinigung Cockpit, ces derniers ont décidé de cesser de travailler. Selon les pilotes les séries de grèves qui ont eu lieu depuis le mois de d’Août sont surtout dues à une modification de leurs conditions de travail notamment de leurs retraites. En effet, la compagnie prévoit de pousser jusqu’à 61 ans la vie professionnelle des pilotes.

Le coût des grèves

Cette situation a eu des répercussions conséquentes sur les chiffres d’affaires annuelles de Lufthansa. Elle a annoncé une perte de 170 millions d’euros au cours de ces deux derniers mois. De ce fait, la compagnie s’est vue dans l’obligation de revoir à la baisse les objectifs financiers qu’elle s’est fixée pour 2015. Néanmoins pour cette année le groupe a établi une donnée chiffrée positive par rapport à celle de l’année précédente. Selon les analystes, Lufthansa a affiché une hausse dans ces bénéfices opérationnels en dépit des grèves. La compagnie a réalisé un bénéfice de 735 millions d’euros contre 709 millions en 2013. La Lufthansa n’est donc pas prête à céder sa place de numéro un face à des compagnies low cost telle que Golfe.

 

[], [], [], [], [], []