Le député socialiste Jacques Cresta estime que les sites d’annonces gratuites de particuliers à particuliers est bien un acte de professionnalisme pour certains domaines, est interpelle donc le gouvernement, sur le fait de taxer ces sites.

Les sites d’annonce gratuite font polémique

Les sites d’annonce gratuite, sont des sites internet, où les utilisateurs peuvent gratuitement déposer leurs annonces de vente, et où les acheteurs peuvent se rendre gratuitement. Ensuite, il y a un échange entre les deux parties, et bien souvent un achat à la clé.
Ce système marche beaucoup entre différents particuliers, mais certains professionnels, se sont aussi inscrits pour faire passer plus facilement leurs offres. On trouve donc des offres d’emploi, des offres de services, mais aussi un grand nombre d’annonces immobilières.

Et c’est bien la le point qui fait le plus douter, le député socialiste, sur la réalité d’un marché entre particulier. Par exemple, le leader de ce secteur, à savoir Le Bon Coin, propose environ 260.000 annonces immobilières sur son site.

Peut on parler de concurrence déloyale?

Pour ce député, ces sites d’annonces gratuites font donc concurrence déloyales envers l’Etat, puisqu’il n’y a aucun TVA a payer par les acheteur. Il décrit un calcul très simple, si on prends les 260.000 annonces, que l’on multiplie par 6.000€ HT en moyenne sur ces transactions, et que l’on ajoute la TVA à 20%, on arrive à un résultat de 312 millions d’euros.

Pour ce député, cette perte, est dû à cause de ces sites d’annonces gratuites, qui autorise la vente en ligne de biens immobiliers. Il parle donc de « concurrence déloyale faites sur le dos de l’Etat ».
Pour défendre sa position, il a donc rédigé une lettre de question au gouvernement, et demande de prendre des mesures face à ce marché parallèle, qui s’est créer sur ces sites d’annonces en ligne, gratuites.

Le principal intéressé, le site Le Bon Coin, n’a pas souhaité réagir à cette lettre pour le moment.

Facebook Comments

Comments are closed.