Pour ce mois d’octobre, la CNIL informe qu’elle va renforcer ces contrôles sur internet des cookies. En effet, ceux-si sont soumis à une législation, qui n’est pas toujours respectée par les gérants de site internet

L’encadrement par la CNIL des cookies

La loi Informatique et Liberté stipule clairement que les créateurs et éditeurs de sites internet doivent impérativement informer les personnes navigants sur le site que des cookies sont présents, et lui demander son accord pour les utiliser.
Ces cookies permettent dans le domaine de l’internet, de récupérer les données des sites parcourus par les internautes, et ainsi de faire apparaître de la publicité ciblée, c’est à dire, qui entre dans leurs centres d’intérêts. La publicité de manière ciblée fonctionne seulement parce que ces cookies existe.

La CNIL va donc mettre en place des contrôles pour vérifier que cette loi, aussi appelé « Paquet Télécom » soit bien respectée par les éditeurs. Ils devront être capable d’expliquer comment sont utilisés ces cookies, et surtout dans quel but. Il devront aussi expliquer par quel moyen est demandé l’accord de l’internaute quant à l’acceptation des cookies.
Les sanctions encourues par les éditeurs, qui ne respecteraient pas cette loi, est une amende pouvant aller jusqu’à 150.00 euros.
Cette loi à été votée par la CNIL en 2009, et à ensuite été modifiée en 2011. Depuis la fin de l’année 2013, cette autorité a informée tous les éditeurs que cette loi été en rigueur, mais qu’ils avaient du temps pour l’appliquer rigoureusement, voire même de l’améliorer. Ce délai de mise à jour est maintenant terminé, et la CNIL commence donc ces contrôles.

Les mesures d’audiences vont être plus difficiles à mesurer

Les cookies avaient une autre utilité pour ces éditeurs, puisqu’il leur permettaient aussi de calculer les audiences en terme de visites sur leur site. En effet, avec la demande d’acceptation, si un internaute répond « non », il ne sera plus comptabilisé comme visiteur du site.
La CNIL croit avoir trouvée la solution en proposant aux éditeurs un outil pour mesurer l’audience et qui reste conforme à cette législation. Le problème est que cet outil n’est pas certifié OJD.
L’OJD est un organisme auquel les éditeurs envoient leur performances en terme d’audience, pour évaluer leur poids dans le monde d’internet et sur le marché de la publicité.

Il y a donc une problématique à régler pour la CNIL, si cet organisme souhaite que tous les éditeurs se base sur cette législation.

Facebook Comments

Comments are closed.