La voiture électrique est présentée comme la solution ultime. Fini les pannes, les coûts exorbitants d’entretien et d’assurance, ainsi que la pollution que la voiture engendre. Toutefois, difficile encore aujourd’hui de passer à l’électrique. Cela est en passe de changer.

Des batteries hors de prix

Aujourd’hui encore, et cela depuis les premiers voitures électrique, c’est le prix de la batterie qui fait le coût de la voiture. Si dans un téléphone portable le prix est faible, il en est autrement lorsqu’il s’agit de faire rouler une voiture sur 200 km. Une batterie représente 30 à 40% du prix d’une voiture. C’est donc là le nerf de la guerre, l’élément qui mérite que l’on y mette tous ses investissements. C’est ce prix de la batterie qui fera la démocratisation des véhicules électriques.

Une baisse drastique attendue

Aujourd’hui, on estime le prix d’une batterie à 540 dollars par kilowatt/heure. Une unité de mesure qui permet de définir le prix de la batterie et surtout de suivre son évolution. Justement, depuis 2 ans, on constate déjà une baisse de 20% du coût de ces batteries. Le phénomène n’est pas prêt de s’arrêter puisque toutes les conditions économiques sont réunies pour que le phénomène continue. En effet, les capacités de production mondiale sont loin d’être utilisées, on serait à 20% et de grands noms comme Telsa annoncent d’ores et déjà la construction d’usines encore plus productives. Mécaniquement, le prix va continuer à baisser et pourrait atteindre 300 dollars d’ici à un à deux ans. On peut même s’attendre à un prix inférieur à 200 dollars aux horizons 2020.

Prêt, feu, partez !

Une batterie à 200 dollars le kilowatt/heure, voilà un point très intéressant. En effet, les analystes déterminent que le marché de l’automobile décollera lorsque ce prix passera sous la barre des 250 dollars. Ce seuil permettra d’atteindre des prix de véhicules bien plus faibles et en corrélation avec l’usage attendu des véhicules électriques dont, d’ici là, les batteries auront gagné aussi en autonomie. Sans annonce fracassante, le paysage automobile a toutes les raisons de changer d’ici les 5 années à venir.

Facebook Comments

Comments are closed.