Pour relancer ses activités, la direction de la SNCF a décidé de rebaptiser son TGV par « inOui » un nom qui laisse à désirer pour les consommateurs qui le critiquent. Depuis la société des chemins de fer a enregistré une augmentation du nombre de voyageurs, un recul du prix moyen du billet et une hausse des billets achetés au dernier moment ou pendant les moments de pointe.

Depuis son annonce le vendredi, le inOui est critiqué, il fait l’objet de raillerie au point où on se demande si la SNCF a fait le choix du bon nom. Cette idée était nourrie par Guillaume Pepy, PDG de la SNCF, lui qui veut garder son poste.

Guillaume Pepy défend son projet

Pour se défendre, le dirigeant a voulu s’expliquer sur le choix de cette nouvelle marque : « nous avons posé des questions aux clients et ils ont choisi ce nom. Ce qui nous a étonné d’ailleurs » témoigne Guillaume Pépy. Au départ, la SNCF avait opté pour le nom « OuiTGV, un nom qui aurait permis de ne pas dénaturer une marque qui date de plusieurs années et qui est devenue emblématique. Mais d’après les clients questionnés, ce nom n’aurait marqué aucun changement et qu’il serait considéré comme une version low-cost du train à grande vitesse.

« Or nous cherchions le contraire » détaille Guillaume Pepy. Cependant InOui a déçu à la fois les travailleurs du chemin de fin mais également les voyageurs pour lesquels, la marque représente une appartenance. Ajouté à cela vous avez les constructeurs qui commercialisent le TGV dans le monde.

[], [], [], [], [], [], [], []

Facebook Comments

Comments are closed.