Ce lundi, la chancelière allemande Angela Merkel a reçu des chefs d’États africains et en tant que présidente du G20 elle veut tendre la main aux investisseurs africains, en vue de lutter contre les migrations vers l’Europe.

« Le but est d’améliorer la coopération pour développer durablement les pays africains d’un point de vue économique » a lancé une porte-parole de la chancelière.

Au mois de mars au cours d’un sommet du G20 Finances, les ministres des finances du monde avait invité les ministres de l’Économie tunisiens, marocains, rwandais et ivoiriens à les rejoindre et créer un partenariat nommé « Compact with Africa ».

Mais le G20 de Hambourg, s’ouvre aux pays africains pendant deux jours de conférence où les présidents du Ghana, du Niger, du mali, d’Égypte, ou encore d’Éthiopie pourront s’assiéront avec les institutions financières internationales qui pourraient apporter leur aide aux pays.

« Nous devons créer les conditions dans les pays africains pour faciliter l’évolution des personnes, de leur permettre de bénéficier d’une formation, de créer de la valeur » a déclaré la directrice générale du Fonds monétaire, Christine Lagarde. S’il n’y a que l’Afrique du Sud qui est membre du G20, les autres pays africains, n’ont jamais été au centre des discussions.

A travers cette proposition, Angela Merkel veut donner la possibilité à l’Afrique de bénéficier d’investissements et un moyen de créer des emplois », explique, un responsable du ministère des Finances, qui juge que l’aide politique du G20 peut donner la possibilité aux investisseurs d’injecter leur argent dans les pays africains.

[], [], [], [], [], [], [], [], [], [], [], [], [], [], [], [], []

Facebook Comments

Comments are closed.