L’annonce sur le relèvement des taux directeurs par la Fed n’a pas surpris les analystes. La banque centrale américaine augmente ses taux alors que les signes de l’économie restent flous surtout sur le point de l’inflation et la consommation.

Après avoir revu à la hausse ses taux directeurs pour la première fois au mois de mars, la Fed a réitéré son opération mercredi. Le taux interbancaire est relevé d’un quart de point de pourcentage (0,25%) pour se fixer entre 1% à 1,25%, d’après le communiqué du Comité monétaire (FOMC).

Neel Kashlkari de la Fed de Minneapolis et qui faisait partie du comité a indiqué qu’il préférerait garder la politique monétaire appliquée actuellement, car jugée plus favorable. La Banque centrale américaine prévoir de poursuivre sa politique de resserrement cette année et une trois autre hausses en 2018.

Léger déclin de l’inflation

Cette hausse du taux progressif intervient pour la troisième fois depuis que Donald Trump est arrivé à la Maison Blanche après avoir lancé sa politique monétaire à taux zéro afin de doper la reprise. D’après le Comité monétaire, l’emploi a gagné légèrement des forces, mais demeure stable et les dépenses des ménages ont progressé au cours de ces derniers mois. La Fed admet cependant que l’inflation a baissé dernièrement, se plaçant en dessous de l’objectif espéré de 2% considéré comme correct pour l’économie.

La Fed a également revu à la baisse de 1,6% contre 1,9M% en mars, le taux d’inflation sur l’année, d’après l’indice PCE. Elle prévoit aussi commencer la baisse du volume des actifs achetés à la suite de la crise financière afin de relancer la reprise. D’autre part, le comité monétaire envisage lancer la normalisation de son bilan en 2017 si l’économie se porte globalement bien » d’après le communiqué.

[], [], [], [], [], [], [], [], [], []