Lors de l’Eurogroupe du 12 septembre 2014, à Bruxelles, Michel Sapin, le ministre des finances français, a annoncé que le déficit budgétaire serait ramené à la norme de 3% pour l’année 2017. Une nouvelle qui passe mal pour l’Eurogroupe, puisque pour appliquer la stratégie mise en place, afin de sortir, pour les pays de l’UE, de la crise, cet objectif devait être atteint en 2015.

Les réformes promises par Michel Sapin

La France est la deuxième puissance économique de la zone euro, ce pays aurait donc du servir d’exemple pour les autres nations dans le cadre de cette stratégie. De plus, depuis cette stratégie, les résultats économiques sont contrôlés tout les ans, et la France avait dépassée les attentes en 2013, avec une hausse de 0,3% au lieu des 0,1% attendu par la Commission européenne.
Les pays de la zone euro doivent donc dès à présent rendre leurs projets de loi des finances pour l’année 2015, et un nouveau Eurogroupe se tiendra en Novembre 2014, pour décider des marches à suivre pour ne pas s’enliser dans la crise.

Les réformes annoncées par Michel Sapin, concerne des réformes structurelles, dans le but d’économiser 21 milliards d’euros pour l’année 2015. Ces réformes structurelles interviennent après la conclusion de certains responsables européens, qui estiment que la France n’a pas mis en place de réformes conséquentes depuis l’année 2013.
La conclusion de cette réunion, est qu’elle à beaucoup tournée autour du sujet de la France, et que le troisième trimestre de cette année pour être la troisième récession de la crise depuis 2008.

Les PME pourraient être mises en avant par cette stratégie.

Une prise de position franco-allemande va aussi être étudiée par les ministres sur le cas des PME. En effet, ils estiment que depuis 2010, l’investissement productif à baissé de 15% pour l’UE.
L’argent public devra donc être dépensé différemment, en l’utilisant pour la création d’emploi et donc la croissance économique. Les taux de chômage quasiment record de ces derniers années, poussent les différents pays à relancer l’emploi.
Le but est donc de créer des réformes pour que les PME puissent trouver des fonds, sans trop investir dans des prêts bancaires, et donc de pouvoir en créer plus. Rappelons qu’une PME c’est environ 10 employés à chaque fois, ce qui est un chiffre non négligeable.

Facebook Comments

Comments are closed.