Sans cette nouvelle méthode de calcul, la hausse du coût de l’électricité aurait pu être de 6,7%. Au lieu de ça, la CRE, a annoncée que la hausse serait de seulement 1,6%, sur les tarifs réglementés.

Une limite à cette hausse des coûts

Les tarifs réglementés s’appliquent à 28,5 millions de foyers, et sont censés ne pas être touchés par la hausse des prix.
Cette nouvelle méthode de calcul est dite « d’empilement », c’est à dire, qu’il ne prendre plus en compte seulement les coûts économique de EDF, à savoir donc la production et le transport. Ce calcul va donc intégrer toutes les autres composantes de cette filière de l’électricité.
Ce calcul a été rendu publique ce mercredi 29 octobre 2014, par le Journal Officiel.

La CRE, Commission de Régulation de l’Energie, a annoncée que cette nouvelle méthode permettrait d’appliquer une hausse tarifaire de seulement 1,6%, au lieu des 5,6% attendus pour les particuliers, et les 6,7% pour les consommateurs domestiques.
Cette réduction de pourcentage permettra donc aux foyers de ne pas être accablés par une trop forte hausse de ces tarifs.

Pourquoi le gouvernement avait annoncé une hausse de 2,5% ?

Le gouvernement souhaitait une hausse du tarif de EDF de 2,5%, après avoir annulé une hausse de 5%, prévue à la base, pour le mois d’Août 2014.

C’est à cause d’une nouvelle méthode, pour calculer le tarif à faire payer aux consommateurs, qui avait crée une hausse importante de la facture.
Cette hausse permettait donc aussi, à EDF de faire face au manque à gagner qu’elle à connue entre les années 2012 et 2013. A cette période, l’entreprise avait des écarts trop importants en ce qui concerne le tarifs payé par les consommateur, et les dépenses faites par le groupe.

Le problème avec ces deux années de non rentabilité, c’est que la loi prévoit, que les factures payées par les consommateurs, doivent entièrement couvrir, les dépenses faites par EDF. Comme ce n’était pas le cas, ceci explique cette hausse si importante, annoncée par le gouvernement.

A priori, donc, il y aura bien une hausse des tarifs, appliquée aux consommateurs, mais celle-ci ne devrait pas dépasser les 1,6%, pour cette année 2014.

Facebook Comments

Comments are closed.