La France connait pour l’année 2014, une hausse mensuelle du nombre de chômeur, atteignant les 3,424 millions de personnes. Une réforme pour réduire le temps et la hauteur des indemnités chômage va être mis en place par le Ministre de l’Economie. Nous allons donc étudier cette indemnisation par rapport à nos voisins européens, pour avoir un modèle de comparaison.

Les conditions pour obtenir le droit au chômage

Pour avoir le droit de prétendre au chômage, un français doit au moins avoir travaillé 4 mois sur la période des 28 mois précédents la demande. Cette condition d’attribution fait de la France le pays qui autorise une entrée en indemnisation le plus vite. Ce système est donc en interrogation pour la réforme, puisqu’il est accessibles trop facilement.

Pour comparaison, sur tous les pays d’Europe, seule la Suède à un nombre de mois travaillés inférieur, avec 3 mois. Ensuite on trouve une durée minimale de travail de 6 mois pour le Luxembourg et le Pays-Bas. Tous les autres pays de l’Europe demande une durée minimal d’une année travaillée.
Pour la durée de référence, la France se situe une nouvelle fois la plus accessible, puisque seuls l’Espagne et le Danemark proposent une période plus longue, mais en rapport avec une durée de mois travaillé aussi plus longue.

Le premier reproche fait par cette réforme est donc de changer ces données, pour l’accessibilité au chômage soit plus restreint.

La France se rattrape sur les montants des indemnisations

Pour calculer plus simplement le montant moyen de l’indemnisation d’un pays, il suffit de calculer un ratio, entre les revenus de chômage et les revenus des activités précédentes. La France obtient un ratio de 67,3%, ce qui est assez proche de la moyenne des Etats Européens, qui arrive à un ratio de 64,9%.
Pour l’année 2014, la France est arrivée derrière la Suède et l’Allemagne par exemple, mais devant l’Espagne et le Portugal.

Pour le montant de l’indemnisation, le France à mis en place un montant maximal de 6161,29 euros par mois, ce qui est le montant le plus élevé de toute l’Europe, mais d’après un autre calcul, de la part de « Alternatives économiques », sur ce même thème, la France se classerai neuvième, ce qui est une assez bonne place, par rapport à ce qui est prétendu par les ministres.

Un dernier point sensible: la durée de cette indemnisation

La durée maximale d’indemnisation, en France est de 24 mois. On calcul la durée de droit au chômage en rapport avec la durée travaillée, sur les 28 derniers mois. Mais cette durée maximale est encore une fois dépassée par un seul pays: le Danemark.
Les autres pays restreignent cette durée de 6 mois à 12 mois maximum. De plus, une convention de l’UNEDIC, indique que les chômeurs français qui travailleraient pendant une certaine période, pendant leur chômage, se verrai créditer de ce temps de travail, en plus, à la fin de ce droit. En fait, un chômeur peut prolonger sa durée d’indemnisation, en travaillant quelques mois dans son année de chômage.

Ce que la France veut aussi changer par rapport à ce point, c’est de rendre dégressive cette indemnisation. C’est à dire que plus la durée du chômage est longue, plus l’indemnisation va être réduite au fil des mois. On constate par exemple que l’Espagne et le Portugal, baissent l’allocation à partir de 7 mois de chômage. C’est ce que la France voudrait rapidement mettre en place.

Cette réforme fait aujourd’hui beaucoup débat, mais ce secteur du chômage est à réguler, pour l’Etat, afin de limiter les dépenses et arrêter les abus.

[], [], [], [], [], [], [], [], []

Facebook Comments

Comments are closed.