Le climat de crise est encore très présent dans l’Europe, et tout particulièrement en Grèce, où le pays à connu une très importante chute en 2011. Il existe donc une méfiance des marchés envers ce pays, et la BCE (Banque Centrale Européenne) à décidée de soutenir le pays dans ce moment, en lui assurant un engagement financier. Cet engagement est de verser plus de liquidités dans les banques grecques, qui en ont grand besoin.

Une réduction de la décote

Pour tenir cet engagement courageux, pris par la BCE, cette institution à décidée de baisser les décotes sur les titres de garantie. Cela veut dire, que la BCE à réduit la valeur d’un titre sur le marché, et ce par rapport à sa valeur réelle sur ce même marché. L’avantage, est que les banques grecques vont bénéficier de plus de fonds, en conservant le même nombre de titres qu’actuellement. Ces banques pourraient donc obtenir entre 12 et 15 milliards d’euros supplémentaires grâce à cette démarche de la BCE.

Cette crise de la dette publique, qu’à connue la Grèce entre 2007 et 2001, oblige le pays à rendre des comptes sur son budget prévisionnel, pour chaque année. La seule condition que la Grèce doit respecter, pour que la BCE lui apporte cette aide, est de continuer à faire ces budgets prévisionnels.
Cette mesure n’a pas été prise uniquement par la Grèce, car depuis cette grave crise, tous les pays de l’Europe doivent rendre un plan budgétaire pour l’année d’après, comportant les réformes et les mises en place pour réduire le déficit budgétaire. Chaque pays doit le faire, pour ne pas connaître le même sort que la Grèce. C’est d’ailleurs un projet qui pose actuellement quelques problèmes à la France, concernant son budget pour l’année 2015.

Les marchés sont très inquiets

Les marchés sont très inquiets, surtout suite aux chutes records de la Bourse d’Athènes ces trois derniers jours. En effet, le mardi 14 octobre, la bourse avait fait une première chute de 5,7%, le lendemain, mercredi 15 octobre, cette chute avait encore fait un bond de 6,25%, et aujourd’hui, cette baisse s’accentuait encore de 1,87% à l’ouverture de la Bourse.

Ce qui rend encore plus nerveux ces marchés financiers, c’est que le gouvernement grec à laissé entendre dans la presse, vouloir faire une anticipation du changement de gouvernement, prévu pour le début de l’année 2015, ainsi que de faire une demande d’aide internationale, dans les mois qui suivent, alors que cette demande aurait du être faite dans quelques années.
Tout ces bouleversements inquiètent donc les marchés, car avec ces changements, le pays pourrait être entraîné dans de nouveaux problèmes financiers.

Facebook Comments

Comments are closed.