Au cours d’une conférence de presse, François Villeroy de Galhau gouverneur de la Banque de France a déclaré que les problèmes qui touchent les secteurs de la banque italienne et portugaise doivent être gérés certainement et définitivement.

« C’est anormal que les problèmes identifiés touchent considérablement l’image du secteur bancaire européen alors qu’il est plus performant qu’avant » a déploré le dirigeant. Les investisseurs sont de plus en plus inquiétés les difficultés que connaissent les banques italiennes et européennes surtout les banques BMPS.

De son côté le Portugal a sauvé depuis 2011, plusieurs banques telles que Banco Espirito Santo, l’une des plus grandes banques portugaises en aout 2014. L’Etat portugais a aussi recapitalisé la banque publique Caixa geral de depositos, à travers un plan de 5 milliards d’euros.

Les statistiques de l’Autorité bancaire européenne révèlent que les banques d’Italie et du Portugal avaient des créances douteuses qui dépassent la moyenne des banques européennes.

D’ailleurs, François Villeroy de Galhau a allégué dans son discours l’Union bancaire, un dispositif mis en place à la suite de la crise financière pour éviter que les pays et contribuables ne paient pour une banque confrontée à des problèmes qui au bout de deux ans et demi représente un progrès délicat.

« Mais cette union n’a pas encore été terminée » regrettant et demandant à finaliser le pilier en utilisant des règles ajoutées et plus simples ». Il propose un mode de fonctionnement performant entre les plus grandes puissances européennes.

[], [], [], [], [], [], [], [], [], [], []

Facebook Comments

Comments are closed.